Du 01 octobre 2010 au 31 octobre 2010

PHILOSOPHIE ORNEMENTALE

Stéphanie Chabot

LAURA LIMA, brésil

Exposition 1er au 31 octobre, 2010
Vernissage, vendredi 1er octobre, 19h
Présentation d'artiste samedi, 2 octobre, 11h

4296 Boulevard St-Laurent
Montréal, Québec H2W 1Z3

 

Laura Lima est Lauréate de l’Université d’État de Rio de Janeiro et a étudié à l’École des arts visuels de Parque Lage. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions, dont la 24ième et la 27ième Biennale de Sao Paulo, ainsi que la 2ième et la 3ième Biennale Mercosul à Porto Alegre, au Brésil. Elle fut la première artiste à vendre une performance au Musée d’art moderne de Sao Paulo et est récipiendaire du prix Marcantônio Vilaça. Lima est fondatrice, avec les artistes Ernesto Neto et Marcio Botner, de la Galerie Gentil Carioca, à Rio de Janeiro.


 

Le travail de Laura Lima se présente sous diverses formes: performances, installations, dessins et interventions. Elle structure sa pratique autour d’un glossaire personnel de sa propre invention dans lequel ses idées sont émises et catégorisées en ce qu’elle appelle des Instancias: différentes manières de penser et de créer des images poétiques.

C’est dans les années 90 que Lima a entamé une de ses séries les mieux connues, intitulée Man=flesh/Woman=flesh. En attribuant une variété de tâche à certaines personnes et en créant des équipements adaptés à l’intervention, elle créait des tableaux poétiques. Par exemple, un homme attaché par de longs fils à des arbres au haut d’une montagne avait comme tâche de ramener le paysage à l’intérieur de la galerie. Une autre Instancia prenait la forme d’un magasin de costumes créés par l’artiste avec lequel le public était invité à interagir. Dans un autre projet, des poulets vivants était décorés avec des plumes colorées.

 

Souvent représentée en lien avec la nature ou l’exotisme, l’idée de la beauté et de l’ornement est centrale à la pratique de l’artiste. Consciente du fait que cette idée avait été mise de côté par l’avant-garde au siècle dernier, elle la reprend à nouveau par le biais de l’histoire de l’art, mais aussi d’un point de vue existentialiste : est-ce possible d’exister sans le désir d’embellir ou de décorer notre univers?

À La Centrale, Laura Lima présente Philosophie Ornementale, une exploration de l’action et des circonstances de l’ornementation. L’exposition est composée de masques de formes géométriques construits de manière à inviter les visiteurs à les décorer selon leur propre gré.