Du 23 mars 2012 au 25 mars 2012

WHEN THINGS COME TO THE SURFACE

exposition maîtrise

ALEXANDRA MAINELLA, montréal

Exposition 23 au 25 mars 2012
Vernissage vendredi 23 mars, 16h à 19h

Mon travail estompe les limites entre le corps, l’espace et les objets. Architecture et espace deviennent peau et la peau à son tour se transforme en architecture, espace ou paysage.

Je questionne la façon dont les espaces affectent notre corporéité parce que corps et espace sont soumis à des processus similaires. Ils peuvent être construits et
re-construits. Ils sont bien entretenus et parés pour atteindre la perfection et la respectabilité sociale, mais ils font aussi l’objet d’investigation médicale et d’inspection parce qu’ils sont tous les deux sujets à des anomalies, des imperfections et qu’ils subissent changement et dégradation. Le corps et l’espace sont des surfaces qui laissent transparaître émotions, expériences et problèmes puisqu’ils sont l’un et l’autre inscrits dans un contexte culturel. Pour pouvoir communiquer l’histoire de mon expérience personnelle, je centre souvent mon travail sur mon propre corps.



Les différents espaces à travers lesquels nous nous déplaçons affectent la manière dont nous nous percevons autant mentalement que physiquement. Peu importe qu’il s’agisse de notre demeure, d’un hôpital, d’une église, des médiums numériques, de l'internet, de la nature, des espaces publics ou d’un endroit entièrement nouveau. Au cours de la dernière année, j'ai élaboré un corpus de travail traitant de l'idée de la peau, mais plus spécifiquement de ma propre peau. Mon déménagement de Toronto à Montréal il y a trois ans m'a procuré des expériences qui m’ont fait me réexaminer et considérer d’une façon différente la peau qui recouvre mon corps. J'ai utilisé des technologies telles que le numériseur 3D, le prototypage rapide et des logiciels de modélisation 3D afin d'examiner des cicatrices présentes sur mon corps et de les transformer en des œuvres qui révèlent les émotions et les histoires personnelles inscrites en elles.



Cette exposition traite de l'expérience subjective de ma peau et de la façon dont je me perçois par rapport aux autres espaces avec lesquels j'interagis. Mon nouvel espace de vie a fait en sorte que les imperfections que je voyais jadis comme quelque chose à dissimuler ou à quoi je portais attention ont pris un nouveau sens et m'ont donné de nouvelles informations sur moi-même.
Ma peau est devenue un espace en transformation, une nouvelle expérience éclairante aussi bien pour moi que pour ceux qui la traverseront.

Alexandra Mainella est une sculptrice basée à Toronto, mais résidant présentement à Montréal. En 2008, elle a obtenu son baccalauréat en arts visuels (mention Excellence) de l'Université York et est actuellement candidate à la maîtrise en arts visuels, concentration sculpture à l'Université Concordia. Mainella a beaucoup exposé à Toronto, notamment au 13th Annual Juried Graduating Student Exhibition organisée par la Société des sculpteurs du Canada qui a été présenté à la Galerie 1313 et à Articulations (solo) à la Niagara Gallery ainsi qu'à Polarity (de groupe) pour le Toronto School of Art qui a eu lieu au Launch Projects. Plus récemment, elle a présenté à Montréal, Slough, une exposition solo à la galerie Les Territoires et elle a participé à Art souterrain, dans le cadre de la Nuit Blanche.