Du 27 novembre 2011 au 27 novembre 2011

DU ZINE À L'INSTITUTION : LES SÉRIGRAPHES MONTRÉALAISES

JACINTHE LORANGER, montréal
CHLOE LUM, montréal
LEYLA MAJERI, montréal
DOMINIQUE PÉTRIN, montréal
ANDRÉE-ANNE DUPUIS-BOURRET, montréal

Discussion dimanche 27 novembre, 15h
Église Saint-Enfant Jésus
5035 St-Dominique

La Centrale Galerie Powerhouse profite de l'occasion du 10e anniversaire d'Expozine pour explorer la place qu’occupent les femmes en sérigraphie à Montréal et le rôle qu'a eu la culture du zine dans leur production individuelle ainsi que sur la scène artistique contemporaine montréalaise. À travers les présentations des 4 participantes, nous comprendrons les motivations les ayant poussées vers ce médium, les influences, les expérimentations et les développements dans leurs œuvres respectives. Nous aborderons aussi des questions telles que l'appropriation du zine et de la sérigraphie dans les pratiques contemporaines. Nous questionnerons ainsi le passage de l'esthétique underground, alternatif et punk vers les institutions de l'art et les impacts possibles que celui-ci pourrait engendrer. Durant cette discussion où la participation du public sera encouragée, vous pourrez connaître et mieux comprendre un pan de l'histoire de l'art actuelle montréalaise, encore peu théorisée, mais dont l'influence est irréfutable.

Avec :


Andrée-Anne Dupuis Bourret réalise un doctorat en études et pratiques des arts à l'Université du Québec à Montréal. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions individuelles et collectives au Canada et à l'étranger. Elle a réalisé une trentaine de livres d’artiste qui ont été diffusés et collectionnés à l'échelle nationale et internationale. Membre de plusieurs centres d’artiste, elle est présidente du conseil d’administration de l’Atelier Graff à Montréal. Elle est également membre du Grupmuv, un laboratoire de recherche-création sur le dessin et l’image en mouvement à l’UQAM, et l’auteure de deux blogues de recherche : Le cahier virtuel et Le territoire des sens.

Détentrice d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’UQAM (2001), Jacinthe Loranger pratique les arts d’impression depuis plus de dix ans. Elle a réalisé plusieurs livres d’artiste et installations où la sérigraphie est explorée sous toutes ses formes. Dans les dernières 8 années, elle a réalisé plusieurs résidences d’artistes au Québec, au Canada et en France, notamment au Dernier Cri. Elle a participé à plusieurs expositions collectives, entre autres à la Centrale Galerie Powerhouse à Montréal (2010) et à la Galerie Colline d’Edmonton (2009). Elle a également présenté plusieurs expositions solos, notamment à la Galerie Sans Nom à Moncton (2009), Artist Proof Gallery à Calgary (2011) et à l’Ecart, Rouyn-Noranda (2011).


Chloe Lum collabore avec Yannick Desranleau sous le nom de Seripop depuis 2002. Un laboratoire d’exploration dans la réalisation d’affiches les a menés à produire des installations immersives in situ inspirées par l’affiche comme objet d’intervention dans l’environnement urbain. Utilisant de façon «totalitaire» la couleur et conçues comme des «conquêtes territoriales», ces installations, entièrement réalisées au moyen de la sérigraphie sur papier, reposent sur le paradoxe de la fragilité du papier et de la vastitude de l’espace à investir. À l’image de l’espace urbain, elles provoquent une tension entre l’espace du spectateur et la désorientation qu’un tel paradoxe peut créer. Ils ont exposé et donné des présentations au Canada et à l’étranger et font actuellement partie de la Triennale Québécoise 2011 au Musée d’Art Contemporain de Montréal.

Leyla Majeri est une musicienne et une artiste en arts visuels, vivant à Montréal. Sous le pseudonyme d'Alphonse Raymond, elle a réalisé une importante quantité de petits livres, "zines" et journaux. Favorisant la sérigraphie comme technique de réalisation, son travail explore différentes méthodes afin de manipuler couleurs et géométrie à l'intérieur d'un univers dans lequel amusement et jeux servent à faire triompher l'imagination. Ses dessins, sculptures et performances se sont fait remarquer à travers un milieu réunissant art et musique expérimentale. Son travail a été diffusé récemment par les Galeries Space 1026 (Philadelphie) ainsi que par La Centrale (Montréal). Une de ses animations utilisant la sérigraphie fait partie du film "Les religions sauvages" réalisé par le Dernier Cri (France). Elle tente actuellement d'apprendre le langage des plantes et expérimente avec des encres plus végétales afin de développer une manière d’imprimer plus adaptée à notre contexte social actuel.


Dominique Pétrin est artiste en arts visuels et en performance. Elle s’est fait connaître pour ses performances anti-diplomatiques au sein du groupe de musique Les Georges Leningrad. Elle est une des pionnières de la nouvelle génération des sérigraphes et ses environnements immersifs amorcent un dialogue intense entre les images, faites de motifs primitifs représentés dans des couleurs franches, le support et sa configuration. Depuis 2008, elle s’intéresse à l’hypnose et y a recours dans des performances qu’elle réalise en collaboration avec Georges Rebboh, telles que celle réalisée dans le cadre de la Triennale québécoise 2011. Elle a collaboré avec la chorégraphe Lynda Gaudreau, Pil and Galia Kollektiv, Jerusalem in my Heart et Sophie Calle. Tant dans ses performances que dans ses environnements construits de sérigraphies, Pétrin utilise des procédés susceptibles de modifier la perception et la conscience, voire de déjouer les processus cognitifs en ayant recours à un état de transe.

La Centrale aimerait remercier Expozine pour leur soutien dans cette initiative.

Image par Leyla Majeri (Alphonse Raymond).