Du 15 avril 2011 au 15 mai 2011

INSIDE THE SOLAR TEMPLE OF THE COSMIC LEATHER DADDY

WILL MUNRO, toronto

Exposition 15 avril au 15 mai 2011
Vernissage vendredi 15 avril, 19h 
Projection et discussion sur le travail de l'artiste avec
Luis Jacob, Bernie Bankrupt & GB Jones 

samedi 16 avril, 15h 

Will Munro (1975–2010)

VOICI L'ANUS SOLAIRE, LES CHAMBRES DE SOUMISSION DE LA DÉESSE DU SOLEIL, « SCORPIO FISTING », LA MESURE DE L'ESPACE ET DU TEMPS, LA FRATERNITÉ DE L'ÉTALON, L'AGORA DES DEUX VÉRITÉS, LA RÉSURRECTION DE MOON-RA, LES BORDELS D'ESCLAVES DE LIBÉRATION, BAGUETTES DE FUSILS, LES FAUCONS DU MONDE COSMIQUE SOUTERRAIN, CONSCIENCE DU SOLEIL DE MINUIT. ÉTERNEL.

Originaire de Toronto, Will Munro était à la fois artiste, organisateur culturel, activiste, d.j, promoteur de concerts et propriétaire de restaurant. Tous ces rôles lui fournissaient des plateformes créatives à partir desquelles il apportait une importante contribution aux différentes communautés dans lesquelles il s’impliquait.


L’exposition « Inside the Solar Temple of the Cosmic Leather Daddy » combine un bon nombre des intérêts et des obsessions de l’artiste. L’iconographie spirituelle de l’Égypte ancienne rencontre la sous-culture cuir et queer des années 1970. À travers la dévotion et la commémoration, Munro revisite les vies perdues pendant l’épidémie du SIDA qui a commencé au début des années 1980 et leur donne la faculté de jouir de la vie éternelle, leur permettant ainsi de rester parmi nous. Sous l’influence de sa propre bataille avec une maladie fatale, il s’est immergé dans un monde souterrain fantastique de temples et « d’orifices glorieux » de mort et de transformation, de Kenneth Anger et de King Tut, révélant ainsi son intérêt pour le d.i.y. et la culture populaire. Dans son travail artistique, comme dans toutes ses autres activités, Munro arrivait à réunir des références apparemment disparates dans une expression singulière de créativité et de communauté.


La pratique artistique de Munro -- bien connue dans le milieu des arts pour avoir été exposée à travers le Canada, les États-Unis et diffusée dans des publications canadiennes et internationales -- se prolongeait dans son implication communautaire. Son travail sur la sexualité, la honte et l’empowerment se reflète dans sa collaboration avec la Lesbian Gay Bi Trans Youth Line (un service de soutien ontarien offert aux jeunes lesbiennes, gays, bisexuel-le-s, transgenres, transsexuels, bispirituels, queer ainsi qu’à ceux qui sont en questionnement) entre 1998 et 2008. Si l’on met en relation les œuvres de Wil Munro, parmi lesquelles figurent des sous-vêtements cousus à la main, avec ses activités comme travailleur communautaire et comme bénévole, la forte dimension politique de ses réalisations artistiques devient évidente.  

Marchant sur les traces du collectif d’artistes General Idea – pour qui la création d’oeuvres d’art était aussi importante que la production d’une infrastructure pour la scène artistique au Canada – Munro a créé Vazaleen, un événement mensuel rock’n’roll et queer, qui représente un des aspects significatifs de son travail. Il a inauguré la soirée en 2000 et l’a continuée pendant les 7 années suivantes. Munro a été l’un des plus actifs promoteurs de la culture queer de la dernière décennie : il a fait venir entre autres à Toronto des performeurs légendaires tels que The Hidden Cameras, Nina Hagen, Kembra Pfahler, Peaches, The Gossip, Jayne County, et Vaginal Creme Davis. Pour Vazaleen (et pour ses autres événements mensuels musicaux), il a produit une quantité impressionnante de multiples et d’œuvres éphémères. Mentionnons spécialement sa réalisation d’affiches sérigraphiées, produites à l’atelier collectif Punchclock Studio. Son travail en sérigraphie était techniquement ambitieux, car il utilisait de multiples écrans afin de créer des effets optiques fascinants. Des techniques artisanales qui exigent beaucoup de travail, telles que la couture à la main et la réalisation d’impressions, étaient utilisées par Munro autant pour leur valeur esthétique que pour leur association avec les culture folklorique, populaire ainsi qu’avec la culture hardcore punk rock.

Iconographiquement, son travail fonctionne comme une leçon d’histoire, faisant référence aux « récits chuchotés » de l’art queer et de l’activisme, afin de créer des oeuvres qui sont à la fois production artistique, matériau culturel et récits historiques pour les communautés alternatives. Cette exposition rassemble les divers intérêts de Will Munro dans un puissant et émouvant témoignage de commémoration et de survie à travers la création artistique et l’engagement communautaire.


Merci à Margaret et David Munro, le Will Munro Estate, Paul Petro et Andrew Cecil à Paul Petro Contemporary Art, Julia Strutt et Rick Hodges, Emelie Chhangur, Suzanne Carte-Blanchenot, et Philip Monk à la Art Gallery of York University pour le prêt des oeuvres. Un énorme merci à Luis Jacob, ainsi qu’à Leila Pourtavaf, Cecilia Berkovic, Lex Vaughan et GB Jones pour leur aide à réalisation de l’exposition.