Du 30 octobre 2015 au 27 novembre 2015

So the darkness shall be the light, and the stillness the dancing

Shahir Krishna (Montréal)
Pavitra Wickramasinghe (Montréal)

Exposition du 30 octobre au 27 novembre 2015

Vernissage / Performance Vendredi 30 octobre, 18h à 21h
Finissage Jeudi 26 novembre, 18h à 21h / Présentation d'artiste 19h

So the darkness shall be the light, and the stillness the dancing est une exposition de Pavitra Wickramasinghe et de Shahir Krishna à travers laquelle les deux artistes s'engagent dans un discours sur la migration et l'identité en explorant des notions de transformation. Tandis que Pavitra Wickramasinghe se focalise sur le ciel et la mer, Shahir Krishna examine son corps en relation avec la terre. Par la sculpture et une performance incarnée, cette exposition visite les différentes manières par lesquelles les artistes occupent un espace et un lieu.

Le travail de Pavitra Wickramasinghe s'intéresse principalement aux nouvelles manières de conceptualiser l'image en mouvement et les conventions du regard. Son corpus de travail actuel s'encre autour d'idées et de sentiments de lieu, de localité, explorant des notions de voyage, de mémoire et de ce que représente l'être en un lieu. Ces dernières années, elle cumule des images vidéos de bateaux immobiles; des sites de potentiels voyages rendus statiques. Usant du symbole d'un bateau chaviré, sur la terre ou gelé sur place, Pavitra Wickrmasinghe représente l'immmigration et le révèle tel un lieu préoccupant. Dans le cadre de cette exposition, elle présente les oeuvres Models of Comets et KENO/KINO qui entrent en dialogue l'une avec l'autre de manière complémentaire. Les deux pièces explorent la science du mouvement; le sentiment contradictoire d'être à la fois statique et mouvant, nous reliant à un sentiment de lieu.

sankharas est une œuvre de mouvements sculpturaux à propos du changement et de la désintégration constante du «soi» alors que l'individu se plie à la nature. Krishna a été inspiré lors d'une retraite de 10 jours de médiation Vipassana, où ille était entouré.e d'énormes arbres couverts de champignons, d'écorces pourries, de mousses, d'insectes, de toiles d'araignée, de goûtes de pluie et de chenilles en équilibre, basculant, fondant et mourant constamment à différentes cadences. En utilisant des matériaux trouvés en forêt où ille méditait pour créer une œuvre textile, combinés avec de la danse Butoh, sankharas est le reflet des relations entre le «soi» incarné et les facteurs extérieurs qui forment l'existence humaine par le mouvement et l'immobilisme.

Sound by Nelly-Eve Rajotte
KENO/KINO a été rendu possible grâce au soutient du Klondike Institute of Art and Culture, du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. Pavitra would also like to thank Dan Sokolowski, Nicole Lynn Rayburn and Jonathan Villeneuve.

Pavitra Wickramasinghe est une artiste multidisciplinaire qui s'intéresse principalement aux nouvelles façons de conceptualiser l'image en mouvement. Son travail actuel explore les notions de voyage, de fluidité du lieu et de la mémoire. Son corpus d'exposition inclu : SIGHTINGS, la Galerie Leonard & Bina Ellen (Montréal), le Festival International d'Art de Yeosu (Corée du Sud), Cable Factory (Finlande), Stuttgart Filmwinter (Allemagne) et le Centro Cultural del Matadero (Espagne), entre autres. Elle est récipiendaire de plusieurs projets de résidence, de prix et de bourses dont, Art Omi (NY), La Chambre Blanche (Québec), Pépinières Européennes pour jeunes artistes (Espagne), National Museum of Contemporary Art (Corée du Sud), et La Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain.

Shahir Krishna est un.e artiste interdisciplinaire qui travaille actuellement le textile et le design de costume. Son art explore le schisme qui est créé quand on existe au sein d'une diaspora, en tissant des moments de psychoses historiques avec des délicates textures éphémères pour créer un nouvel univers de possibilité spirituel pour les âmes queers. Son inspiration s'engage dans des marécages opalescents argentés, parfumés de tourment du genre, d'hallucinations romantiques, de lois karmiques et de créatures mythiques s'allongeant sous des ruines d'utopies. Dans cette vie, Shahir est d'identité diasporique/queer/transgenre/indien.ne/malaisien.e/canadien.ne.